MyCommuneaty, les repas de l’amitié !

Mailys et Dimitri ont créé un concept simple et efficace pour rencontrer de nouvelles personnes. My Communeaty unit les épicuriens de la ville rose. L’idée est de partager un repas en toute convivialité avec des inconnus. Ensemble, ils élaborent un menu et participent aux rangements de la table.

©myCommuneaty

La genèse de ce projet est née en Amérique Latine.

« À l’époque, on habitait à Santiago au Chili. On était nostalgique des repas colos que nous faisions en France. Nous voulions rencontrer de nouveaux amis. En 2015, on a donc décidé de faire nos premiers repas colocs avec des inconnus. » raconte Mailys, co-créatrice de myCommuneaty.

Les colocs créent le groupe « SharEat » et organisent plus de 40 repas via Facebook et Google Apps. Rapidement, l’organisation devient difficile. La création d’une véritable plateforme s’impose et prend le nom de myCommuneaty en 2017.

Aujourd’hui, le convive a la liberté de se positionner dans l’organisation du repas. Trois rôles s’offrent aux participant.e.s : hôte, aide-cuisine, aide-nettoyage.

©myCommuneaty

L’hôte publie simplement son menu, le nombre de participants, les aides nécessaires, la date et l’endroit. Le repas peut s’effectuer à domicile ou dans un lieu verdoyant par exemple. Les dépenses de panier repas sont équitables.

« L’hôte détermine le montant des courses, le plus juste possible. Aucune marge doit se faire sur le repas. Le panier moyen reste accessible à tous. Aujourd’hui, il varie entre 7 et 10 €. Même les extrêmes sont abordables par personnes. On peut compter 5 € pour un repas très simple et 15 € avec une dégustation de vins et de fromages de chez Betty » précise Mailys.

©myCommuneaty

Le montant des dépenses est divisé entre les participants. Chaque convive paie directement l’hôte, à la fin du repas. La plateforme ne prend aucun frais et demande à chacun, de noter une appréciation sur l’organisateur et les invités.

Il n’est pas obligé d’être un passionné de cuisine pour participer. Les convives peuvent également accompagner l’hôte dans la préparation du repas (aide-cuisine) ou dans le nettoyage de la vaisselle et le rangement (aide-nettoyage).

Lancé à Toulouse l’été dernier, l’idée séduit les toulousains. 350 personnes contribuent à la vie de la « communeaty ». Chaque semaine, un repas s’organise dans les quartiers de la ville avec 4 à 8 personnes autour de la table.

Ce concept est idéal pour les néo-arrivants. L’échange culinaire est aussi vecteur d’échange culturel et d’insertion dans la vie de la cité. Parfois, les repas s’effectuent également dans les langues selon le thème de l’événement.

D’autres « communeaty » se forment en France notamment à Paris, Marseille et Lyon.

Related posts